A propos

Bashir Faramarzi


 

     Bashir Faramarzi est un musicien iranien, ethnomusicologue et joueur de santour, né en 1982 à Machhad, dans le nord-est de l’Iran. Il vit actuellement à Montréal, au Canada.

     Enfant, il est très sensible aux musiques traditionnelles de l’Iran et de l’Azerbaïdjan. Il commence l’apprentissage du santour à Machhad, sa ville natale, à l’âge de 15 ans. En 2006, après des études consacrées à l’interprétation de la musique iranienne et au radif avec le maître Majid Kiâni, il obtient son diplôme de l’Université de Téhéran.

     Il a dès lors une très bonne connaissance de plusieurs styles musicaux iraniens, et en particulier des radifs et des tasnifs. Il reprend ensuite ses recherches en ethnomusicologie commencées dès 2004 sous l’impulsion du maître Mohammad-Rezâ Darvishi, qui l’encourage à recueillir le répertoire littéraire des joueurs de dotâr (nommés bakhshi dans sa région du Khorâssân). Ce travail d’enregistrement du répertoire musical et du patrimoine littéraire des joueurs de dotâr dure six ans et il en profite pour commencer à jouer du dotâr.

     En 2007, Bashir s’envole pour la France. Il s’inscrit à la Faculté de musicologie de l’Université de Paris VIII, tout en approfondissant ses recherches sur les maqâms du dotâr et sur la musique des bakhshi au Khorâssân. Il mène une étude comparée des styles musicaux des bakhshi, et notamment de leurs techniques de jeu instrumental. En 2010, les résultats de ses recherches, menées sous la direction de S. Loncke, lui permettent d’obtenir une maîtrise en ethnomusicologie de la Faculté de musique de l’Université de Paris VIII.

     Bashir se produit en concert avec des groupes musicaux en Iran, en Turquie, en Europe et au Canada. On peut réécouter certains de ses concerts, dont celui de l’ensemble Santournavâzân (DVD enregistré en 2008 à l’Université de Téhéran).

     Bashir connaît les deux grandes écoles de santour persan et s’inspire de l’approche instrumentale propre à chacune, c’est-à-dire les styles traditionnels et contemporains. Il s’est également familiarisé avec les traditions musicales de l’Asie centrale et de l’aire arabo-musulmane. Il enseigne la musique iranienne et joue du setâr depuis plus de dix ans.

     Aujourd’hui, il joue avec l’ensemble Âstân, qu’il a fondé en 2013 à Montréal. Il compose également pour cet ensemble qui prépare actuellement un nouveau disque intitulé Qazalvâreh, qui sortira le 11 mars 2017.